En moyenne, entre 20 à 70% des contacts d’une base de données email marketing sont inactifs, c’est-à-dire qu’ils n’interagissent plus ou n’ont peut-être même jamais interagi avec les messages de l’annonceur-expéditeur.

Source: www.e-marketing.fr

Une base de données emailing, c’est un peu comme un trésor. Comme celui que les Goonies vont chercher dans le bateau de Willy le pirate pour sauver leur ville des méchants entrepreneurs… Oups, je m’égare !

 

Je disais donc une BDD emailing, c’est un des outils essentiels de tout bon e-marketeur. Sauf qu’en moyenne, une BDD emailing est constituée de 50 à 70% d’inactifs ! Cela a des impacts tout à fait néfastes. Baisse de la réactivité de vos campagnes, signalement en spam, endommagement de votre délivrabilité, dépenses inutiles pour le routage…

 

Une technique simple pour remédier à cela est de mettre en place des filtres pour segmenter votre BDD en ACTIF / INACTIF. Pour cela vous pouvez vous par exemple ne garder en ACTIF que les abonnés qui ont ouvert au moins l’une de vos newsletters ou emailings lors des 6 derniers envois et/ou qui a cliqué lors des 12 envois mois.

 

Et pour les inactifs, pourquoi ne pas tenter de les réactiver ? En leur proposant des contenus différents, en leur envoyant un questionnaire pour savoir pourquoi ils ne vous suivent plus…

Et enfin, parce qu’il vaut mieux une petite base réactive qu’une grosse base molle, vous pourrez enfin ne plus rien envoyer aux inactifs qui n’ont pas été réactivés. Mais surtout, garder les bien dans votre base de données emailing, afin d’éviter toute erreur de réabonnement automatique ou erreur de manipulation.

 

Et voilà, vous verrez vos taux d’ouvreurs et de réactivité monter en flèches !

See on Scoop.itEmarketing & Stratégie Web